"On ne fait pas pousser du gazon

                       ...en tirant dessus !"

Extrait #7

[...L’entretien dura plus d’une heure. Ce consultant, qui semblait ne plus rien attendre de personne – Ă  quelques missions près ! â€“, avait Ă©tĂ© purement et simplement imbuvable.

Avant de nous séparer devant la grille de l’ascenseur, celui-ci me dévisagea longuement.

– Hum… Tournez-vous un peu.

Puis, m’inspectant plus encore, il poursuivit :

– Quel âge avez-vous, dĂ©jĂ  ?

– 42 ans ! rĂ©pondis-je, las de cet entretien.

– Mouais, ça devrait le faire… Vous n’êtes pas encore trop mal…

Je le remerciai a minima pour ses conseils, pour l’effet miroir… Pas le miroir magique, celui Ă  qui vous demandiez si vous Ă©tiez la plus belle. Non, ce miroir-lĂ  vous affirmait clairement – sans que vous lui demandiez quoi que ce soit â€“ que non seulement vous n’étiez pas le plus beau, mais qu’en outre, il y avait un très grand nombre de jolis prĂ©tendants sur le marchĂ© et que ce n’était pas avec une simple pomme que vous risquiez de vous en sortir.

Ă€ ses dires, me concernant, retrouver un emploi rapidement relevait donc… du conte de fĂ©es !...]

Extrait #6

[...En fait, ce jour-là, j’étais arrivé à ce rendez-vous avec plus d’une heure d’avance. J’avais même entrepris de parcourir les quelques kilomètres qui me séparaient de ce que l’on nomme communément un ghetto, celui-là même qui me vit et me fit grandir dix-huit années durant. Je souhaitais m’en rapprocher, le cœur serré, le ventre noué, curieux et anxieux à l’idée d’arpenter ces dédales de béton au sein desquels s’érigeaient pas moins de douze tours.

J’eus envie, à ce moment précis, de m’offrir une parenthèse. Un retour aux sources, plus de vingt ans après avoir quitté cet environnement sans y avoir remis les pieds une seule fois… La mémoire choisit ses souvenirs, ceux-là étaient bien enfouis, au plus profond de moi.

Douze tours, dix-huit Ă©tages, huit appartements par palier, pas moins de cinq personnes par foyer – et ceci est une hypothèse basse, croyez-moi â€“, une cohabitation de huit mille six cent quarante existences. Si tant est que nous puissions alors vraiment parler d’existences… Des noms, des centaines de noms sur des boĂ®tes aux lettres brĂ»lĂ©es au briquet, arrachĂ©es ou recouvertes de substances nasales anonymes...]

Extrait #8

[...En plein cĹ“ur de la crise, les marchĂ©s souffraient… les cabinets de recrutement aussi !

Leurs clients ne leur confiaient plus de nouvelles missions, gelaient celles qui Ă©taient en cours – subsistaient quelques offres très ciblĂ©es â€“ ou annulaient purement et simplement. Ils privilĂ©giaient alors la mobilitĂ© interne – dĂ©couvrant d’un coup de nouveaux talents au sein de leurs Ă©quipes ! â€“, repoussaient Ă  plus tard le processus de dĂ©cision quant aux recrutements engagĂ©s, diffĂ©raient leurs projets de rĂ©organisation, prolongeaient l’emploi des seniors – le papy-boom ne serait pas pour tout de suite.

Dans ce contexte, si ĂŞtre un chercheur d’emploi n’avait plus rien d’extraordinaire – dans tous les sens du terme â€“, c’était ĂŞtre un trouveur d’emploi qui allait le devenir…]

Extrait #10

[...J’obtins plus de la moitiĂ© de mes pistes et dĂ©couvris des contacts clĂ©s en m’autorisant justement Ă  sortir des modèles Ă©tablis et fortement suggĂ©rĂ©s. Je n’ai aucun regret d’avoir empruntĂ© – guidĂ© par mes convictions â€“ des chemins de traverse. Demander Ă  une personne de vous ouvrir son rĂ©seau passe par le fait de partager avec elle des valeurs communes, car c’est lui demander de se porter, d’une certaine manière, garante de la personne prĂ©sentĂ©e – ou, mieux encore, recommandĂ©e â€“ auprès de son entourage, sans que ceci n’altère son image.

Altruisme mis Ă  part – les concernant â€“, c’est une responsabilitĂ©. Mener un entretien rĂ©seau est donc un exercice qu’il faut prĂ©parer soigneusement tout en restant soi-mĂŞme, naturel.

Développer, entretenir et s’appuyer sur un réseau ne s’apparente pas à du copinage ou à une quelconque forme de piston, c’est une véritable discipline.

La formule Ă  retenir est simple ; c’est network ou no work ! ...]

 

Extrait #9

[...L’entretien rĂ©seau Ă©tait un vĂ©ritable moteur pour dynamiser ses recherches. Statistiquement, les cabinets d’outplacement se plaisaient Ă  dire qu’ils prĂ©sidaient deux fois sur trois Ă  l’obtention d’un emploi, les cabinets de recrutement ne couvrant que 15 % des besoins du marchĂ©. L’entretien rĂ©seau permettait donc de lever le voile sur ce que l’on nommait le « marchĂ© cachĂ© Â»...]

Service gratuit facile et accessible Ă  tous

Créer mon site web